Impossible à sauver

Le VfB Stuttgart s’expose à la risée – encore une fois

La situation au sein du club est plus précaire que jamais. Le nouveau coach est confronté à une tâche herculéenne.

Le prochain, s’il vous plaît!

Avec Bruno Labbadia, le VfB Stuttgart a licencié lundi après-midi le troisième entraîneur de la saison, et présenté simultanément le quatrième. Après Pellegrino Matarazzo, Michael Wimmer et Labbadia, c’est maintenant Sebastian Hoeneß qui doit éviter la troisième relégation après 2016 et 2019.

Quoi qu’il en soit, il est certain que le VfB Stuttgart s’expose à la risée cette saison – encore une fois. Les années de constance, notamment au niveau du poste d’entraîneur, sont révolues, et la structure actuelle du VfB semble plus fragile que jamais. En 2022/23, l’implosion menace, ainsi que la chute sportive : la 2ème ligue, nous voilà !

Bruno Labbadia : L’entraîneur a dû quitter le VfB Stuttgart. (Source: IMAGO/Cathrin Müller)

L’euphorie de la dernière promotion et encore moins du maintien dramatique en mai de l’année dernière, est complètement disparue. « Je pourrais vomir des confettis », tweetait le président-directeur général de l’époque, Thomas Hitzlsperger, après une victoire éclatante 5:1 contre le Borussia Dortmund lors de la saison 2020/2021. Ce fut l’apogée sportive d’une équipe indéniablement talentueuse, qui, suite au départ de plusieurs joueurs clés, n’était plus en mesure de se rapprocher des performances de ce match face au BVB.

Wehrle au centre des critiques

La direction sportive s’est également effritée : Hitzlsperger a quitté le club il y a déjà un an après avoir perdu la bataille avec le président Claus Vogt, Matarazzo a été licencié en octobre 2022 après plus de 1 000 jours en poste. Avec l’installation du nouveau duo de consultants Sami Khedira et Philipp Lahm, ainsi que Christian Gentner en tant que directeur du département des joueurs sous licence, le recruteur Sven Mislintat ayant été évincé, la voie de la constance à Stuttgart a pris fin. Ce fut une décision unilatérale de Alexander Wehrle, successeur de Hitzlsperger, qui a conduit à une rupture significative de confiance avec Mislintat – et finalement à son départ du VfB.

Depuis la séparation du chef stratège juste avant le Nouvel An, il ne reste plus rien du trio formé par Mislintat, Matarazzo et Hitzlsperger, qui ont réussi à remonter en Bundesliga il y a trois ans.

Thomas Hitzlsperger, Pellegrino et Sven Mislintat lors d’une conférence de presse en janvier 2020 : aucun des trois n’est encore en poste au VfB. (Source : Pressefoto Rudel/Herbert Rudel via www.imago-images.de)

Depuis lors, Wehrle est la cible principale des critiques, en particulier celles des fans. En décembre, il était également principalement responsable de l’engagement de Labbadia – et s’est trompé. Au cours de son deuxième mandat à Neckar, Labbadia n’a remporté que deux victoires : un 3:0 en Ligue à domicile contre le 1. FC Köln et un 2:1- une victoire serrée en huitièmes de finale de la DFB-Pokal à l’équipe de deuxième division SC Paderborn. Un malentendu que Wehrle veut maintenant corriger – mais il est peut-être déjà trop tard.

Hoeneß sous pression massive directe

Le nouvel entraîneur Hoeneß doit immédiatement obtenir des résultats. En quart de finale de la DFB-Pokal mercredi contre le 1. FC Nürnberg, et surtout lors du sommet de la relégation en Bundesliga contre le VfL Bochum dimanche de Pâques (à partir de 17h30 en direct chez Fanafoot). Une victoire dans le Pott est obligatoire, pour que le maintien direct ne s’éloigne pas encore plus pour l’actuel dernier du classement.

C’est une tâche colossale pour le jeune entraîneur. Les joueurs du VfB ont montré non seulement de l’insécurité et un manque d’idées sur le terrain, mais aussi des doutes considérables quant à savoir s’ils ont même la qualité nécessaire pour affronter la lutte contre la relégation et se battre pour rester dans la ligue. Ce sont eux qui seront les plus sollicités, si l’ancien grand club ne veut pas devenir une équipe d’ascenseur.

Il ne faut pas en arriver là à Stuttgart – mais le chaos au sein du club ne rend pas particulièrement optimiste quant à l’avenir du VfB. Si Hoeneß se révèle également être un échec, l’orgueilleux club traditionnel de Souabe risque de ne plus être sauvé. Et il sera bientôt temps de dire : Le prochain, s’il vous plaît !

Youns
Younès
Depuis mon enfance, le football a toujours été une de mes passions. J'adorais regarder les matchs de mon équipe favorite et passer du temps sur le terrain avec mes amis.