Lothar Matthäus a réaffirmé ses critiques envers les patrons du Bayern

Lothar Matthäus maintient ses accusations contre le FC Bayern

Lothar Matthäus a réaffirmé ses critiques à l’encontre du FC Bayern Munich. « Je pense que les déclarations des dirigeants du Bayern concernant la séquence temporelle de la séparation de Julian Nagelsmann et de l’engagement de Thomas Tuchel n’ont pas été tout à fait correctement rapportées », a écrit Matthäus dans sa chronique pour Sky ce lundi.

Lothar Matthäus ne sous-entend pas un mensonge

Le sexagénaire a expliqué qu’il ne reprochait pas aux dirigeants du Bayern de mentir : « Si j’avais accusé quelqu’un de mentir, je l’assumerais. Mais je ne l’ai pas fait. » Matthäus avait déjà démenti ses propos dans une interview accordée à « Bild ». Cependant, ce n’est pas correct. Fanafoot maintient sa version. Les mots ont été prononcés exactement de cette manière lors de l’interview à la mi-temps du match de football de Bundesliga entre le Bayern et Borussia Dortmund (vous pouvez lire tous les détails ici).

Retour en arrière sur les critiques du « Mia san mia »

Matthäus est revenu sur sa déclaration selon laquelle le champion d’Allemagne en titre avait bafoué le « Mia san mia ». Il admet avoir peut-être été un peu dur dans ses propos. « Mais j’entends depuis longtemps que la chaleur du nid était plus présente auparavant. Je n’ai rien voulu dire d’autre. Il y a plus de business que de sentiment. C’est normal, car le monde, le football et le travail dans un club si grand ont changé. » Les fêtes de Noël ou d’entreprise comme autrefois ne sont plus possibles aujourd’hui, a-t-il expliqué. « Parce que ce club est devenu un conglomérat mondial avec de nombreux employés. »

Pas besoin de se réconcilier avec Oliver Kahn

Quant à savoir s’il doit se réconcilier avec le président du comité directeur du Bayern, Oliver Kahn, après cette dispute, le champion du monde de 1990 a écrit : « De mon côté, tout va bien et la prochaine fois que je le verrai, je lui serrerai la main avec respect, comme toujours. » Il a ajouté que le respect dans les relations humaines est plus important pour lui « que les batailles secondaires constantes ». « Et pourtant, il doit être permis de critiquer et d’analyser le travail du club. » Il ne laissera pas sa personnalité en tant qu’expert ou chroniqueur « se tordre ».

Youns
Younès
Depuis mon enfance, le football a toujours été une de mes passions. J'adorais regarder les matchs de mon équipe favorite et passer du temps sur le terrain avec mes amis.