Andreï Shevchenko Ballon d’or 2004, Titi Henry 4ème

Andriy-Shevchenko-Ballon-d-Or-2004_full_diapos_largeL’année dernière fut une consécration pour le joueur Tchèque Pavel Nedved et cette année encore, un excellent joueur blond venant de l’Est a l’honneur et le privilège de décrocher ce prestigieux trophée européen.

Andreï Shevchenko est champion d’Italie avec le Milan AC en 2003-04 et meilleur buteur du Calcio avec 24 buts. 4ème en 2003 dans la course au ballon d’or, il avait pourtant remporté la Champions League avec son club Milanais. Cette année il reçoit sa récompense grâce à son talent et son adresse face aux buts adverses et surtout par sa régularité des dernières saisons. Sa non qualification avec l’Ukraine à l’Euro ne l’a pas empêché d’être au palmarès du ballon d’or après Oleg Blokhine en 1975 et Igor Belanov en 1988. Cependant, l’Ukraine est bien partie dans les éliminatoires du Mondial 2006.

Cette année 2004 restera marquée par deux surprises majeures en champions League avec la finale Monaco – Porto et la surprenante victoire de la Grèce à l’Euro après la chute des grands cadors Européens. Le portugais Deco est deuxième et ne remporte pas le trophée malgré la C1 remportée et la finale perdue de l’Euro. Enfin le Brésilien Barcelonais Ronaldinho termine sur la troisième marche du podium grâce à son génie balle au pied.

Shevchenko Ballon d’Or 2004, Henri 4e

Notre attaquant National Thierry Henry termine quatrième (second en 2003), vous connaissez tous la raison, l’Euro manqué avec les Bleus et Arsenal qui cale avant le dernier carré de la C1. Ceci dit en Premier League le Gunner brille et explose chaque week-end les défenses adverses. Zizou est 23ème et Giuly 24ème. Très certainement la fin d’une époque pour notre héros National de 1998. Il est clair que l’élimination de l’équipe de France dès les quarts de finale de l’Euro au Portugal a provoqué une lourde déception au sein des supporters Français.

A constater le grand chelem et le niveau de jeu des Bleus durant les éliminatoires de l’Euro, on pensait voir l’équipe de France sortir la tête de l’eau après le naufrage du Mondial asiatique en 2002. Mais tous les espoirs sont partis en fumée en ce triste soir du Vendredi 25 Juin 2004 où la Grèce et Charisteas ont crucifié le camp Français (0-1). Bravo à « Sheva », ce Ballon d’Or est amplement mérité, ce buteur Ukrainien du Milan AC marque son nom au palmarès des monuments Européens.