L’Argentine : Dybala se raconte entre Mondial, larmes et souvenir de son père.

Le match de Dybala contre Panama et son retour émouvant

Lors du match contre le Panama (2-0) au stade Monumental de Buenos Aires, le premier après la victoire de l’Argentine à la Coupe du monde au Qatar, Paulo Dybala est entré en jeu à la 60ème minute à la place d’Angel Di Maria. La Selección de Lionel Scaloni a été chaleureusement accueillie par les spectateurs – plus de 83 000 personnes étaient présentes -, et sur le terrain également. Le 18 décembre dernier, l’équipe avait offert à son peuple le troisième titre mondial après ceux de 1978 et de 1986 en battant la France aux tirs au but au Lusail Iconic Stadium de Doha.

Le retour de la Joya

Au coup de sifflet final, la Joya a revécu les derniers mois de sa vie, en particulier sa blessure contre Lecce alors qu’il tirait un penalty qui aurait pu lui coûter sa place dans la sélection pour la Coupe du Monde : « C’est une belle histoire, car ma blessure est survenue sur un penalty et j’ai pu célébrer avec un autre penalty. » En effet, lors de la finale contre les Galletti, l’ancien joueur de la Juventus est entré en jeu pour prendre ses responsabilités et transformer le tir de penalty lors de la loterie des tirs au but. « Quand mon tour est arrivé, ce n’était pas facile, car beaucoup de choses me sont venues à l’esprit – poursuit-il -. À ce moment-là, la vérité était que j’étais très déterminé à penser à ce que j’allais faire. Je savais que quand Scaloni m’a appelé, c’était pour les tirs au but. Ce n’était pas facile, cette marche est très longue, mais j’étais sûr de moi et heureusement, tout s’est bien passé. »

La dédicace spéciale de Dybala à son père

L’émotion a ensuite pris le dessus lorsque Dybala a évoqué son père, décédé d’un cancer alors qu’il était encore adolescent : « Récemment, je parlais avec Oriana au moment d’aller dormir. Je n’avais pas pleuré avant ça, c’était la première nuit où je pleurais en pensant à la Coupe du monde et à mon père qui n’était pas là avec moi pour brandir la Coupe. De nombreux souvenirs ont ressurgi. » Un hommage spéciale : « Si quelqu’un le méritait, c’était lui, pour tout le travail qu’il faisait pour m’emmener à chaque entraînement. Je le remercie pour tout ce qu’il m’a donné et il doit être très heureux. »

Dybala et Oriana s’amusent avec des piadinas

Youns
Younès
Depuis mon enfance, le football a toujours été une de mes passions. J'adorais regarder les matchs de mon équipe favorite et passer du temps sur le terrain avec mes amis.