Sepp Blatter admet que l’attribution de la Coupe du monde au Qatar était une erreur

L’ancien président de la FIFA, Sepp Blatter, a qualifié la décision d’attribuer la Coupe du monde 2022 au Qatar d’erreur et a accepté la responsabilité personnelle du résultat de la candidature nationale de 2010.

« C’était un mauvais choix et j’en étais responsable en tant que président à l’époque », a déclaré Blatter au média suisse Tages Anzeige. « Grâce aux quatre voix de Michel Platini et de son équipe [de l’UEFA], la Coupe du monde est allée au Qatar plutôt qu’aux États-Unis. C’est la vérité. »

Les accusations de corruption ont suivi les organisateurs de la Coupe du monde depuis la décision d’attribuer le tournoi au Qatar, avec des enquêtes sur les pots-de-vin et la corruption à la FIFA lancées dans les années qui ont suivi.

La FIFA a en outre été critiquée pour sa décision de sélectionner un pays hôte incapable d’organiser le tournoi pendant les mois d’été de l’hémisphère nord – en raison des températures extrêmement chaudes – ainsi que pour son bilan épouvantable en matière de droits de l’homme et le traitement des travailleurs migrants. À ce jour, près de 7 000 travailleurs migrants sont morts lors de la construction des stades qui seront utilisés pendant le tournoi.

La FIFA a modifié sa politique de sélection des pays hôtes en 2012, deux ans après l’attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar, pour tenir compte des droits de l’homme. « Depuis lors, les considérations sociales et les droits de l’homme sont pris en compte », a ajouté Blatter.

En 2015, Blatter a été contraint de démissionner de son poste de président de la FIFA, après 17 ans à la tête, suite à des allégations selon lesquelles il aurait illégalement transféré 1,6 million de livres sterling à Platini, qui a également été contraint de démissionner de son poste à la Fifa.

Il a été banni du football pendant huit ans, réduit à six ans plus tard, à cause de la saga des paiements Platini. Il a ensuite reçu une interdiction supplémentaire jusqu’en 2028 pour « diverses violations » du code d’éthique de la FIFA. Blatter et Platini ont été accusés de fraude en novembre dernier mais ont été déclarés non coupables.