Vous êtes ici : Actu et info sur le football » Sabri Lamouchi

Sabri Lamouchi

Excellent milieu de terrain relayeur, très doué techniquement, Sabri Lamouchi a vécu une carrière exceptionnelle, couronnée de 2 titres de champion, un avec Auxerre et un autre avec Monaco. Après un passage fructueux en Italie, il reviendra par la grande porte à l’OM. Seule ombre au tableau : les bleus, Sabri aurait pu ou dû être champion du monde, mais Jacquet en a décidé autrement…

La fiche de Sabri Lamouchi

url
9 Novembre 1971
Milieu
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Parcours en clubs :

 url  1990 – 1994 Olympique Alès
 25x25xaj_auxerre_953.png.pagespeed.ic.WgbDZ9ANIz  1994 – 1998 AJ Auxerre
 25x25xas-monaco-2013.png,qitok=BjoUMHsR.pagespeed.ic.jUEGIgSi5g  1998 – 2000   AS Monaco
 25x25xparme_ac_887.png.pagespeed.ic.KXjaZVoXYC 2000 – 2003  Parme AC
 inter_milan_2544  2003 – 2004 Inter Milan
 25x25xgenoa_cfc_5003.png.pagespeed.ic.f2UZ9zev5B  2004 – 2005 Genoa CFC
 olympique_de_marseille_929.png,qitok=KpKZp7qe.pagespeed.ce.UoL9M83BbB 2005 – sep 2006  Olympique de Marseille
 url  sep 2006 – 2007 Al Rayyan SC
 url  2007 – 2008 Umm Salal SC
 12886  2008 – dec 2008 Al Kharitiyath SC

Palmarès de Sabri Lamouchi

  • 1996 : Champion de France, vainqueur de la Coupe de France (Auxerre)
  • 2001 : Finaliste de la Coupe d’Italie (Parme)
  • 2002 : Vainqueur de la Coupe d’Italie (Parme)
  • 2006 : Finaliste de la Coupe de France (Marseille)
  • 12 sélections en équipe nationale

Biographie Sabri Lamouchi

Sa carrière en club

urlD’origine tunisienne, Sabri Lamouchi débute le foot à La Duchère dans la banlieue lyonnaise avant de rejoindre Cascol Oullins. Les choses sérieuses démarrent en 1990, il a 17 ans et rejoint Alès, bonne équipe de D2. Avec les Yves Mangione, James Debbah, Christophe Chaintreuil, Alès manque une nouvelle fois le coche de la montée en terminant 4ème. Sabri s’impose aussitôt comme un des meilleurs joueurs de l’équipe et gagne ses galons de titulaire dès la saison suivante, où il forme une bonne paire de milieu avec Franck Rizzetto. Doté d’une technique très sure, d’une bonne vision du jeu et d’un jeu de passe précis, il est un peu l’homme à tout faire de l’équipe, celui qui maintient Alès au-dessus de la ligne de flottaison, notamment en 1993 où, avec le passage à la super D2, il faut terminer sans les 10 premiers pour se maintenir. Sabri va exploser la saison suivante, inscrivant 12 buts. L’arrivée d’Eric Delétang, blessé en début de saison, lui apporte le complément idéal et le soulage au milieu. Il est alors appelé avec les jeunes de Tunisie, mais n’entre pas en jeu.

urlJouissant d’une notoriété certaine dans les milieux autorisés, il rejoint Auxerre où il va trouver Guy Roux le papa poule. Le changement est radical : il découvre la Coupe d’Europe et le haut niveau, puisque les bourguignons sont des habitués du haut de tableau. Sabri franchi le palier avec une facilité déconcertante. Il va confirmer la saison suivante, en même temps que toute cette équipe. Avec Moussa Saïb et Corentin Martins, il forme un super milieu de terrain. Auxerre va en profiter pour réaliser un doublé historique.

Assez logiquement, Aimé Jacquet, qui doit reconstruire l’équipe de France depuis le désastre bulgare, s’appuie sur l’auxerrois dont la polyvalence est un atout appréciable. Ce genre de joueur box-to-box, travailleur infatigable et redoutable relanceur est une bénédiction. Sabri s’installe donc chez les bleus et participe à l’Euro 1996 en Angleterre où la France va jusqu’en demi-finale, éliminée aux tirs au but contre la République Tchèque.

lamouchi1A son retour à Auxerre, Sabri a encore pris de l’épaisseur et un avenir doré se présente à lui. Les bourguignons vont jusqu’en quart de finale de la Ligue des champions, éliminé bêtement par Dortmund, leur bête noire européenne. Ah ce retourné de Lilian Laslandes, injustement refusé pour un pied haut….Auxerre perd logiquement son titre est a plu de mal à remplacer les départs… Sabri reste tout de même régulièrement appelé en équipe de France. La Coupe du monde approche à grand pas. Retenu parmi les 28 joueurs, il va vivre la pire désillusion de sa carrière. Un peu à la surprise générale, il fait partie des 6 recalés, les presque champion du monde. Autant pour certains, comme Lionel Letizi, Nicolas Anleka ou Martin Djétou, c’était plus ou moins prévisible, autant pour Sabri c’est la stupéfaction. A 27 ans, il sait que l’occasion ne se représentera probablement et en gardera une profonde blessure d’amour propre. A sa place, c’est le jeune et inexpérimenté Patrick Vieira qui sera champion du Monde, ou Robert Pires, au choix… ce sera la fin de sa carrière internationale. Il sera rappelé une seule fois, en 2000, par Roger Lemerre pour un match amical.

Après cet épisode douloureux, il a le feu vert de Guy Roux pour s’engager ailleurs et signe à Monaco où son profil plait à Claude Puel, nouvel homme fort du Rocher. Il écarte sans difficulté la concurrence de Sylvain Legwinski, formant un milieu assez dense avec Franck Gava et Costinha. Après une première saison moyenne, Monaco survole la saison 1999-2000 et remporte le titre de champion.

Sabri-LamouchiAlors au sommet de sa gloire, Sabri est mûr pour l’étranger et opte pour Parme, solide équipe italienne, vainqueur de la Coupe UEFA en 1999 (les supporters marseillais s’en souviennent). Il s’impose immédiatement au milieu du terrain, dans un effectif de stars, avec Buffon dans les bois, Lilian Thuram et Fabio Cannavaro en défense, Matías Almeyda, Johan Micoud, Alain Boghossian au milieu et Ariel Ortega, Patrick M’Boma devant. 4ème du championnat, Parme échoue en finale de Coupe d’Italie contre la Roma. La saison suivante, il remporte la Coupe d’Italie avec les parmesan, mais reste boudé de la sélection, manquant le mondial 2002. Il fer aune dernière saison à Parme, avant de rejoindre l’Inter Milan en 2003. Malheureusement pour lui, souvent blessé, il ne joue pas énormément. Il faut bien avouer qu’à l’Inter, l’effectif est pléthorique au milieu : Dejan Stankovic, Khalilou Fadiga, Cristiano Zanetti, Stéphane Dalmat, Andy van der Meyde, Killy Gonzales, Belozoglu Emre… Un peu au bout du rouleau, Sabri va rebondir au Genoa, en D2 italienne. Le club fera une super saison, terminant 1er du championnat mais sera rétrogradé en Série C, dans le sillage du Moggiopoli, dans lequel le club a trempé.

urlL’OM, qui cherche à se renforcer à moindre coût va alors sauté sur l’occasion et Sabri Lamouchi revient en France pour encadrer une équipe jeune et traumatisée par une fin de saison catastrophique. Associé à Lorik Cana, il va faire une super saison. L’OM, entrainée par Jean Fernandez manque son entame mais va bien revenir, pour terminer à la 5ème place et accrocher l’intertoto. L’OM renoue également avec son passé en se qualifiant pour la finale de la Coupe de France, mais doit s’incliner contre le PSG. Sabri manquera d’un cheveu l’égalisation dans les 10 dernières minutes, sa frappe rasant le montant gauche de Lionel Letizi. LA saison suivante, Sabri perd plus ou moins sa place, mais à 34 ans, il l’accepte. Au bout de quelques journées, il demande à quitter le club sans donner de véritables explications. Selon certaines rumeurs, la place de José Anigo lui aurait été promise en fin de saison et ce dernier l’aurait poussé au départ, selon d’autre c’est la non-récupération du brassard, suite à départ de Fabien Barthez qui aurait précipité sa fuite…

Sabri va finir sa carrière tranquillement au Qatar, tout d’abord à Al Rayyan Club, puis à Umm Salal Club, sous les ordres de Laurent Banide, avant une dernière pige du côté de Al Kharitiyath SC…

Que devient Sabri Lamouchi?

Revenu en France en 2010, Sabri Lamouchi se repose et vit tranquillement dans le sud de la France, participant de temps à autre à des matchs de gala.

Il a investi dans un projet de complexe sportif à Carcassonne, en compagnie de David Flamant, un de ses plus vieux amis. « L’idée est d’amener une structure privée au service de tous les publics touchant de près ou de loin au football. Le jeu sur surface synthétique s’effectue à 5 contre 5, sans contact physique, dans un esprit de convivialité », souligne David Flamant, qui tient aussi à préciser que le complexe à venir sera créateur d’emplois. « Quatre dans un premier temps, jusqu’à six par la suite. »

Sabri Lamouchi est également consultant occasionnel pour Canal+.

A la surprise générale, Sabri Lamouchi a été nommé sélectionneur ed la Côte D’ivoire en juin 2012. A 40 ans, il vient à peine d’obtenir ses diplômes que le voila dans le grand bain, avec un match qualificatif pour la CAN. Son manque d’expérience inquiète, mais lui reste serein : «Je le comprends. Les gens s’interrogent sur cela. (…) Mais je ne suis pas seul, j’ai un staff expérimenté avec moi : Jean-Marc Kuentz, Bonaventure Kalou, Blaise Kouassi, Cyril Domoraud. (…) Je me sens de jour en jour un peu plus à l’aise dans ce costume.»


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*