Vous êtes ici : Actu et info sur le football » Bernard LAMA

Bernard LAMA

Bernard Lama est un gardien de foot des années 1980-1990 qui a notamment évolué à Lille et au PSG. Avec ce dernier, il a remporté de nombreux titres tels que la Coupe des Coupes en 1996 ou le championnat de France en 1994. Il a aussi été la doublure de Fabien Barthez lors des campagnes victorieuses de la France en Coupe du Monde 1998 et en Coupe d’Europe 2000.


Sommaire


La fiche du Chat

Lama, bleus1

Poste : Gardien de but

Date de naissance : le 7 Avril 1963 à Saint-Symphorien (Guyane)

Infos diverses :

  • 1ère sélection en équipe de France le 17 Février 1993 (Israël 0-4 France)
    • 44 sélections en Equipe de France

Parcours en clubs :

1981 – 1982 Lille OSC
1982 – 1983 SC Abbeville
1983 – 1984 Besançon RC
1984 – 1989 Lille LOSC
1989 – 1990 FC Metz
stade_brestois 1990 – 1991 Stade Brestois
rc-lens 1991 – 1992 RC Lens
paris-saint-germain 1992 – dec 1997 Paris Saint Germain
west_ham janv 1998 – 1998 West Ham United
paris-saint-germain 1998 – 2000 Paris Saint Germain
stade-rennais 2000 – 2001 Stade Rennais

Palmarès de Lama

  • Coupe du Monde 1998 (France)
  • Euro 2000 (France)
  • Demi-finaliste Coupe d’Europe 1996 (France)
  • Coupe des Coupes (C2) – 1996 (Paris SG)
  • Finaliste de la Super Coupe d’Europe 1997 (Paris SG)
  • Champion de France 1994 (Paris SG)
  • Coupe de France 1993 et 1995 (Paris SG)
  • Coupe de la Ligue 1998 (Paris SG)

Biographie de Bernard Lama

Lama, bleusJoueur qui n’est pas sorti d’un centre de formation, Bernard fait ses débuts à Lille au début des années 80. Il ne s’y impose pas et doit donc passer les divisions inférieures. C’est donc à Abbeville puis Besançon qu’il pose ses valises.

Ses débuts à Abbeville puis Besançon

La première expérience est assez délicate : « L’accueil est sympa et je deviens même l’attraction du coin. Mais sportivement, je n’étais toujours pas au niveau. Quand je l’ai constaté, je n’ai même pas essayé de m’accrocher et je n’ai quasiment pas joué de la saison. C’était aussi l’époque de mon premier appartement, ma copine m’avait rejoint mais j’avais été incapable d’assumer tout ça. Cette expérience fut donc un échec, aussi bien au niveau sportif que social… ». En revanche, la seconde, à Besançon, se passe beaucoup mieux.

Une expérience à Abbeville qui tourne à l’échec

Le retour à Lille pour ses débuts professionnels

losc-lamaAuteur d’une très bonne saison dans le Doubs, il rentre à Lille où il obtient ce qu’il était venu chercher un contrat pro : « Lille me confie le poste de numéro 2 derrière Jean-Pierre Mottet. Je suis content mais je ne m’enflamme pas. Je sais qu’il s’agit seulement d’une étape. Malheureusement, ma première saison est tronquée à cause de deux ou trois blessures. La deuxième saison, je commence à bien progresser. Je réclame une place de numéro 1. Ce que Bastia et Toulon me proposent. Peu après, lors d’un rencontre amical contre l’Algérie, je fais un super match. Cela me donne l’occasion de mettre la pression sur mes dirigeants. Et là, les donnés sont claires. Soit je deviens numéro 1, soit je pars. Même si Jean-Pierre Mottet est installé au LOSC depuis longtemps, c’est lui qui s’en va, à Toulon ». Il parvient donc à s’imposer et Pascal Rousseau, aucun lien avec Florian, arrive comme doublure.

Entre 1986 et 1989 il jouera 91 matches sous les couleurs lilloises et se payera même le luxe de tirer un penalty pour son dernier match, face à Laval, pour une victoire 8-0.

Titulaire à Metz, Brest et Lens

lama-bernardIl part ensuite pour le FC Metz, où il sera le titulaire, mais ne reste pas en Lorraine. En 1990 il signe donc à Brest, pour la dernière saison du Stade Brestois en D1. Là il va se révéler. Le PSG est sur le coup : « L’aventure à Brest se termine dans la confusion avec la rétrogradation en D2. Je suis vraiment attristé de laisser mes amis en difficultés. Je me console en signant un pré-contrat avec le PSG. C’est Charles Bietry qui a pris contact avec Pape Diouf, mon nouveau manager. J’accepte le défi car je sens qu’avec l’arrivée de Canal+, il va se passer un truc à Paris. En attendant de rejoindre la Capitale et pour laisser Joël Bats finir tranquillement sa carrière, je rejoins Lens le temps d’une saison. »

A Lens, Bernard s’épanouit au milieu d’une bande de copains : Jean-Marc Adjovi-Boco, Jules Bocandé, Roger Boli, Hervé Arsène, Mustapha El Haddaoui, Robbie Slater, Pierre Laigle, Francis Gillot… En pleine confiance, il se fait remarquer et ses prestations attisent les convoitises : « Au mois de mai, Jean-Pierre Bernes et Pape Diouf viennent me voir. Ils me proposent de signer à Marseille ! L’OM est prêt à me donner ce que je veux. Mais je ne veux pas travailler avec Bernard Tapie. Et puis, je n’aime pas trop leur discours. Je refuse sans la moindre hésitation. Je voulais débuter une nouvelle aventure et celle que me proposait le PSG me convenait parfaitement…». Lama signera ses plus belles heures dans la capitale où son style tout en souplesse fait merveille.

Bernard Lama refuse une offre de Marseille car il ne veut pas jouer avec un président tel que Bernard Tapie et il signe alors au Paris Saint Germain.

Les années parisiennes et les premiers titres

Les victoires : championnat de France 1994 et Coupe des Coupes 1996

C’est au Paris SG que ce talentueux gardien de but connaît son premier titre majeur en club puisqu’il remporte le championnat de France en 1994 puis la Coupe des Coupes en finale face au Rapid Vienne avec le club parisien (1-0), dont le seul but du match est inscrit sur coup-franc par Bruno Ngotty.

Bernard Lama contribue grandement à l’obtention des titres de Champion de France 1994 et d’Europe 1996 du PSG.

bernard-lama-paris-sg-coupe-coupe-1996En 1996 c’est donc le sacre ultime avec la C2 puis l’Euro 96 où il fait figure de meilleur gardien de la planète. Mais, début 1997, il se blesse gravement au genou. Il ne reviendra jamais. A son retour c’est le drame : contrôlé positif au cannabis il en prend pour 6 mois… Au cours de l’été, on lui fait comprendre qu’il n’a plus sa place au PSG. Christophe Revault est promu titulaire et Bernard doit se trouver un club. Entre suspension et quête de club, il restera quelques mois au PSG avant de finalement trouver un club au mercato.

Gardien remplaçant de l’Equipe Championne du Monde 1998

Titulaire dans les buts de l’équipe de France durant l’Euro 96 en Angleterre, il garde brillamment les buts au premier tour de la compétition face à la Roumanie (1-0), l’Espagne (1-1) puis la Bulgarie (3-1). On se souvient tous de ses coups de pied aux buts arrêtés face aux Pays-Bas en quarts de finale mais malheureusement les tricolores échouent en demi-finale face à la République Tchèque. Le Mondial 98 organisé en France est un véritables succès pour les hommes d’Aimé Jacquet, un parcours sans faute et cette finale remportée aisément face aux Brésiliens (3-0). C’est Fabien Barthez qui est gardien numéro 1, Bernard Lama vit mal le fait d’être gardien remplaçant mais il savoure cette victoire qui a apporté tant de bonheur aux supporters Français…

Malgré son statut d’éternel remplaçant derrière l’indétrônable Fabien Barthez, Lama a été Champion du Monde 1998 et d’Europe 2000 avec l’inoubliable génération des Zidane, Deschamps et consorts.

Une fin de carrière chaotique

FOOTBALL: MARSEILLE-PARIS SAINT GERMAIN - BERNARD LAMA

Il pose ses valises à West Ham mais l’entraîneur le cantonne au banc. Il finit par s’imposer et fait son retour en Equipe de France, juste à temps pour le Mondial 1998. Malheureusement, Jacquet a tranché : Barthez sera titulaire. Les 2 gardiens se détestent ouvertement et il refuse de jouer contre le Danemark pour le match des coiffeurs.

Après la Coupe du monde, à la faveur de l’arrivée de Bietry dans la capitale, il revient mais ne connaîtra plus les succès d’antan, en dépit d’une victoire lors de l’euro 2000. Il terminera sa carrière au Stade Rennais, entraîné alors par Paul Le Guen.

L’éclaircie de l’Euro 2000

L’Euro 2000 restera aussi un grand souvenir pour Bernard Lama. L’équipe de France remporte cette compétition après une finale remporté (2-1) face à l’Italie avec cette égalisation de Sylvain Wiltord dans les arrêts de jeu et ce but en or de Trezegoal. Lama participe à la fête lors du troisième match du premier tour, les Bleus étant déjà qualifiés pour les quart de finale après les France 3-0 Danemark et France 2-1 République Tchèque. Bernard Lama garde donc les buts des Bleus face aux Pays-Bas mais les tricolores perdent cette rencontre (2-3) avec son équipe bis, les titulaires se reposant afin de mieux affronter l’Espagne en 1/4 de finale (2-1) puis le Portugal (2-1). Tout au long de sa carrière, ce gardien de but aura démontré beaucoup de qualités dans les buts. La détente, le placement, les sorties, les plongeons, Lama a fait les beaux jours du PSG et de l’équipe de France (44 sélections au total).

Que devient Bernard Lama ?

Lama, bleus1

Bernard Lama a tenté de se reconvertir comme sélectionneur et son choix s’est porté sur le Kenya. Devant le bordel ambiant, les magouilles de primes, il jettera l’éponge 2 mois après sa nomination. Déjà la signature de son contrat ne s’était pas faite sans heurt :  » Depuis un mois je travaille pour la FKF et elle n’a pas encore signé mon contrat ainsi que celui du reste de l’encadrement technique, maintenant c’est fini « , déclare alors le Français qui est originaire de la Guyane française.

Il s’occupe également de l’Institut de Dimbars, sorte d’Académie version sénégalaise, comme il l’explique :  » On est parti d’un constat général ; le manque d’infrastructures et l’argent généré par le football à son plus haut niveau qui ne redescend pas du tout vers sa base. Notre objectif consiste à le faire redescendre à travers ce type de structure. La mission première de l’Institut des Diambars est de se servir du sport comme moteur d’éducation. Tout le monde ne peut pas être footballeur et de surcroît de haut niveau. Mais ceux qui le souhaitent peuvent avoir leur chance. Notre objectif est aussi de permettre aux enfants d’accéder au savoir. C’est une chance supplémentaire pour eux de réussir. Le football est le moteur, mais il ne sera pas forcément un carburant en bout de course pour eux. »

Enfin, passionné par le web, il est également modérateur sur le forum Allez-Brest.com. Une vie bien remplie donc, au service des autres.

Fiche mise à jour en 2015 par fanafoot

One thought on “Bernard LAMA

  1. Je n’ai pas eu la chance de voire LAMA jouer, mais je sais qu’il est un Gardien Légendaire et la vidéo ci-dessus le prouve à merveille, mais quelle souplesse!!! Plusieurs de mes oncles qui ont été des gardiens de but ont été surnommé « LAMA » à cause de leurs bonne performances à ce poste très délicat. Si seulement il a pu transmettre son secret à la génération actuelle, alors ont peut être certain que le poste de « GOALKEEPER » connaitra encore des talents très valeureux!!! (MANU du Cameroun)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*