Vous êtes ici : Actu et info sur le football » Bernard GENGHINI

Bernard GENGHINI

bernard genhini joueur foot françaisSa fiche

  • Poste : Milieu
  • Date de naissance : 18 janvier 1958
  • 27 sélections en équipe nationale

Ses clubs

  • 1976 – 1982 : FC Sochaux
  • 1982 – 1983 : AS Saint Etienne
  • 1983 – 1986 : AS Monaco
  • 1986 – dec 1986 : Servette Genève
  • jan 1987 – 1988 : Olympique de Marseille
  • 1988 – 1989 : Girondins de Bordeaux

Son palmares

  • 1984 : Vainqueur de l’Euro 1984 (France).
  • 1984 : Finaliste de la Coupe de France 1984 (Monaco).
  • 1985 : Vainqueur de la Coupe de France (Monaco).
  • 1986 : 3ème de la Coupe du Monde (France).
  • 1987 : Finaliste de la Coupe de France 1984 (Marseille).

Sa biographie

Après une formation à Guebwiller en Alsace, le jeune Bernard intègre le centre sochalien. Rapidement sa patte gauche fait merveille, surtout sur coup franc et les lionceaux montent en puissance. La jeune génération des Joël Bats, Philippe Anziani et autre Yannick Stopyra enquille les succès et atteint même la seconde place en 1980, derrière le FC Nantes. Bernard découvre alors l’Europe en même temps que l’équipe de France où le trident offensif Platini, Giresse et lui allait faire des ravages. Subtil mélange de vieux briscards et de jeunes aux dents longues, l’équipe sochalienne atteint les demi-finales de C3 dans l’indifférence général puisque la fièvre verte est toujours présente. Lors du match retour à Alkmaar, après le 1-1 de l’aller, c’est Bernard qui ouvre le score dès la 9ème et donne espoir à toute la France. Malheureusement, les hollandais torpillent le vaisseau sochalien, avec 3 buts. La réduction du score de Thierry Meyer ravive la flamme .. en vain. Sochaux rentre peu à peu dans le rang en ce début d’années 80 et Bernard se sent à l’étroit dans le Doubs. En 1982, il rejoint le Forez.

Pilier de l’équipe de France des années 80, il aura notamment la lourde tâche de remplacer Michel Platini blessé contre l’Irlande du Nord lors de la coupe du Monde 82. Le carré magique nait au Mondial espagnol où Bernard, bien que n°10 à Sochaux puis St Etienne, évolue en n°8 aux côtés de Jean Tigana. La lose à la française est magnifique dans le ciel de Séville… La légende fera le reste. De cette déception nait la victoire 2 ans plus tard lors de l’Euro 84 puis la 3ème place à la Coupe du monde 86. Durant cette coupe du monde, Bernard perdra sa place au profit du jeune Luis Fernandez, plus à même d’épauler Tigana à la récupération. Comme beaucoup, il raccroche l’équipe ed France après cette coupe du monde

En club en revanche, l’aventure stéphanoise tombe au plus mal. Le scandale de la caisse noire achève de pourrir l’ambiance et les verts, qui terminent à une modeste 14ème place. Bernard part alors pour Monaco. Sur le rocher, il va se construire un palmarès dans une équipe assez emballante. Une fois digérée la déception de la finale perdue de 1984 face à de redoutables messins, la bande à Claude Puel reporte le championnat au nez et à la barbe des Girondins. Cette équipe est le parfait trait d’union entre expérience et jeunes, comme souvent. Nenad Stojkovic, Manuel Amoros et Yvon Le Roux derrière, Dominique Bijotat, champion olympique, au milieu et un trident offensif Daniel Bravo – Philippe Anziani – Bruno Bellone, de quoi faire de grandes choses. L’histoire monégasque tourne court en 1986. EN janvier, Bernard est plus ou moins poussé vers la sortie. Il part alors en Suisse au Servette, histoire de finir la saison.

A son retour il signe dans le club le plus ambitieux du moment, l’OM. En compagnie d’Alain Giresse, il retrouve le poète allemand Karl-Heinz Forster mais également Jean-Pierre Papin en attaque. Des ennuis de santé gâchent sa première saison et il ne joue que 8 petits matchs de championnat. Il faut dire que la concurrence est rude au milieu avec également Blaz Sliskovic , le puissant yougo moustachu. A la frustration de ne pas jouer s’ajoute la déception d’une nouvelle finale de Coupe de France perdue… La saison suivante s’éclaire enfin. Souvent titulaire, il ne marque que très peu (1 petit but à son actif). En fin de saison, il est invité à aller voir ailleurs. Bernard opte alors pour le rival bordelais. A 30 ans ca commence à sentir sévèrement le sapin pour sa fine moustache… Le choix bordelais et moyen puisque c’est l’OM qui est champion cette année là.. Ses problèmes physiques recommencent et il est contraint de raccrocher en fin de saison…

Que devient-il ?

  • Bernard part alors entraîner le FC Mulhouse en 1992. Il y reste 3 ans le temps de voir le club s’effondrer.
  • En 1995, il rentre à Sochaux, qui vient de descendre en D2. Il s’occupe pendant quelques années de la formation. Puis à partir de 1999 devient directeur sportif. Porte drapeau du club qui l’a révélé, il pousse le népotisme jusqu’à favoriser l’éclosion de son fils, Benjamin.
  • En janvier 2006, il quitte son poste de directeur sportif pour s’occuper du recrutement. Depuis cet été il entraîne la réserve sochalienne… Pour y voir évoluer son fils sans doute. Il l’a en effet promu capitaine de l’équipe !
  • Depuis la saison 2008, il est à la tête de la cellule de recrutement du FC Sochaux.

Roulion
Fiche mise en jour en 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*