L’OM reste devant mais le PSG repart de l’avant

classement-l1-10e-journeeAprès une trêve internationale de 15 jours, la Ligue 1 a repris ses droits à l’occasion de la 10e journée de championnat français. Avant son entame de vendredi 17 novembre par le match Lens-PSG, plusieurs questions se posaient : est-ce que le PSG allait enfin regagner après deux matches nuls, Marseille allait-il continuer sur sa lancée, quelles autres équipes confirmeront jouer le podium ? Élément de réponse.

En match avancé de cette 10e levée de L1, Lens a reçu le PSG au Stade de France (sic) vendredi 17 novembre. Si le match n’était pas vraiment à domicile pour les Lensois, Paris avait à déplorer une infirmerie pleine à craquer et donc de nombreux absents pour ce match. Ainsi, Ibrahimovic, Silva, Luiz, Marquinhos, Digne, Lavezzi n’étaient pas sur la feuille de match pour cause de blessure. La défense concoctée par Laurent Blanc était donc inédite avec une charnière centrale composée de Thiago Motta et Zoumana Camara. Néanmoins, le 11 de départ restait de belle facture avec Maxwell et Van Der Wiel sur les côtés de la défense, Matuii, Cabaye, Verratti au milieu et enfin Pastore, Cavani, Lucas en attaque.

Restant sur deux matches nuls consécutifs, le PSG était rapidement surpris par le relégable Lensois. Sur une contre attaque rondement menée, Lens ouvrait le score par Coulibaly pour le plus grand plaisir de ses supporters venus en nombre dans la capitale Parisienne (1-0, 10e). Mais la machine à cash du Paris Saint Germain était simplement en rodage et lorsqu’elle se mit en route, la donne n’était plus la même. A la demi heure de jeu, Cabaye ouvrait le score pour Paris d’une frappe lointaine pour son premier but en Ligue 1 avec le PSG (1-1, 28e). Six minutes après, Paris doublait la mise sur un somptueux lob de Maxwell qui ne laissait aucune chance à un Riou trop avancé (1-2, 34e),pour ce qui était également son premier but en L1. C’était le score à la mi-temps. En quelques minutes, des Lensois bien dans leur match ont subit la loi d’une équipe Parisienne trop supérieure sur le papier.

cavani-celebration-butCet état de fait aura son influence dans la 2e mi-temps. En effet, suite à une faute dans la surface de Gbamin, Paris obtenait un pénalty et le droit de jouer en supériorité numérique car le défenseur Lensois était exclu pour une deuxième carton jaune. Cavani transformait donc le tir au but (1-3, 55e) et célébrait son but, la même célébration à chaque fois qu’il marque, d’un manière qui n’a pas plut à l’arbitre de la rencontre, M. Rainville. Ainsi, le mime de tirer sur le public de Cavani, geste habituel du joueur quand il marque et qui n’avait jamais posé problème jusqu’ici, était sanctionné d’un carton jaune par l’arbitre M. Rainville. Au comble de la surprise, Cavani accrochait légèrement le bras de l’arbitre pour demander des explications. Cela ne faisait qu’un tour dans l’esprit de M. Rainville qui excluait Cavani avec un 2e carton jaune (56e). Comble de la bêtise !! Un véritable arbitrage en carton, dont la seule explication est que l’arbitre voulait équilibré les débats car rien ne justifiait un tel acharnement arbitral. Si les sanctions peuvent se justifier avec une application à la lettre du règlement (provocation et toucher l’arbitre sont interdits en théorie), un peu de psychologie de la part de l’arbitre aurait certainement été plus intelligent et cela n’aurait fait aucune polémique. Mais, force est de constater que l’arbitrage français est vraiment malade… Quoi qu’il en soit, Paris l’emportait et devenait seul second du leader marseillais.

Record d’affluence au Vélodrome (61 846 spectateurs)

Dimanche après midi, le 19 novembre, Marseille pouvait aligner une 8e victoire consécutive dans son tout neuf écrin du Vélodrome, face à Toulouse. Devant un public chaud bouillant, déplacé en nombre pour un record de spectateurs jamais vu au Vélodrome avec 61 846 billets, l’OM pouvait confirmer sa place de leader et ses 7 points d’avance sur le Paris Saint Germain. Et cela a été le cas. En effet, Marseille partait sur les chapeaux de roue avec son système de pressing tout terrain et des actions à la pelle dont une faisait mouche. Sur un coup franc de Payet, Nkoulou ouvrait donc le score de la tête, ou plutôt de l’épaule (1-0, 20e). Quelques minutes plus tard, suite à une magnifique action collective de l’OM en une touche de balle au cours de laquelle 5 joueurs marseillais touchaient le cuir pour 6 passes en 10 secondes, Gignac se trouvait à la réception d’un centre de Mendy pour son 10e but de la saison (2-0, 35e). Une merveille d’action pour des statistiques impressionnantes.

Car, André Pierre Gignac en est donc à 10 buts en 10 rencontres de championnat. Un rythme effréné pour le marseillais qui a également inscrit un but avec l’équipe de France dans la semaine. Et, chez les français, on n’avait pas vu de statistiques de ce niveau depuis Benzema, lors de la saison 2007-2008 avec Lyon. Autre stat’ impressionnante de l’OM de Marcelo Bielsa, les hommes en blanc avaient déjà tiré 11 fois sur les buts toulousains à 40e minute. Logiquement, l’OM baissait de rythme en seconde période mais préservait l’essentiel, le score et les 3 points de la victoire.

Enfin, 3e équipe qui impressionne depuis quelques matches, Lyon s’est imposé dimanche soir face à Montpellier sur le score sans appel de 5 à 1 pour un 6e match sans défaite. Grâce à ce résultat, les Lyonnais reviennent à un point de Bordeaux, actuel 3e de L1, qui a fait nul contre Caen (1-1).


1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Aucun vote)
Loading...

Partager cet article :