Vous êtes ici : Actu et info sur le football » Marco Simone, attaquant, années 90

Marco Simone, attaquant, années 90

Marco Simone est un des rares sinon l’unique exemple d’ascenseur social inversé. En effet, à l’inverse des Bruno N’Gotty, Leonardo, etc, il est parti du Milan AC pour rejoindre le PSG.


Sommaire


La fiche de Simone

Poste : Attaquant

Date de naissance : 7 Janvier 1969

Pays : Italien

– 4 sélections en équipe nationale d’Italie

 

Ses clubs successifs :

1986 – 1987 Côme Calcio
1987 – 1988 FC Alzano Cene
1988 – 1989 Côme Calcio
1989 – 1997 Milan AC
1997 – 1999 Paris Saint Germain
1999 – 2001 AS Monaco
2001 – 2002 Milan AC
2002 – 2003 AS Monaco
2003 – 2004 OGC Nice

Palmarès de Marco

  • Vainqueur de la CAN : 1982 (Ghana)
  • Vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 1989 (Milan AC)
  • Vainqueur de la Super Coupe d’Europe en 1989, 1994 (Milan AC)
  • Vainqueur de la Super Coupe d’Italie en 1994 (Milan AC)
  • Champion d’Italie en 1992, 1993, 1994, 1996 (Milan AC)
  • Champion de France en 2000 (Monaco)
  • Vainqueur de la Coupe de France en 1998 (Paris-SG)
  • Vainqueur de la Coupe de la Ligue en 1998 (Paris-SG)

Biographie de Marco Simone

Marco Simone est un des rares sinon l’unique exemple d’ascenseur social inversé. En effet, à l’inverse des Bruno N’Gotty, Leonardo, etc, il est parti du Milan AC pour rejoindre le PSG.

A l’origine, le beau Marco fait ses classes à Côme, alors en serie A. Après un prêt d’un an au Virescit Boccaleone, c’est dans son club de Côme qu’il se fera une réputation. Solide buteur, il est repéré par le Milan AC qui, malgré la présence de ses stars (Van Basten, Gullit, Donadoni, Massaro..) le recrute. Marco passera 8 ans en rouge et noir, il finira par s’imposer, une fois la génération des hollandais partie. Au Milan, il gagnera de nombreux titres, souvent comme remplaçant, il faut bien le dire : 4 titres de champion d’Italie, une super Coupe d’Europe en 1989… en 1997, c’est la fin de l’aventure milanaise et Marco s’exile à l’étranger

Arrivé comme le Messie au PSG, il forme une association solide avec Florian Maurice. Les débuts sont merveilleux avec le fameux 5-0 face au Steaua Bucarest. L’entente entre les 2 attaquants semble bonne, tandis que Patrice Loko se morfond sur le banc. Puis tout bascule avec la crise automnale traditionnelle du PSG. Marco fomente un complot contre le lyonnais, que l’arrivée de Bietry en fin de saison achèvera de mettre dehors. Le PSG réalise un championnat moyen, mais gagne les 2 coupes nationales. A l’été, c’est Nicolas Ouédec qui arrive après un échec en Espagne. Là encore, Marco s’arrange pour pourrir la situation devant et pousse Nicolas, à quitter le PSG. Le naufrage Bietry, dès novembre, amène un grand ménage et Marco le fouteur de merde est invité à voir ailleurs.

Simone se rapproche de son Italie et rejoint le Rocher. Il y gagnera le titre en 2000 mais l’arrivée aux commandes de Didier Deschamps remets en question son existence sur le terrain. Les 2 hommes ne peuvent s’encadrer et après une saison blanche et sèche, le bon Marco, s’exile. Il retourne au Milan AC, mais malgré le passé et les bons souvenirs, sa place n’est plus là-bas. Il rentre à Monaco où la donne n’a pas changé. Nouvelle saison de galère en principauté , heureusement les casino sont plus accueillants que la Turbie où il n’a plus vraiment droit de cité. Il rejoint alors l’OGC Nice qui tente le pari. Hors de forme, et avec un salaire de prince, il ne fait pas long feu dans le nid d’aiglons et son contrat est résilié en 2004, en même temps que sa carrière. Après une année sabbatique, il fait une pige à l’AC Legnano, petit club italien. Il fait venir Jimmy Algérino… il ne joue qu’un match et raccroche définitivement en 2006.

Que devient-il ?

En fait Marco est quelque part un Bobo Vieri avant l’heure, à la différence près que la France aura pu bénéficier de son talent un peu plus longtemps. Pour sa reconversion, Simone a eu l’embarras du choix, sa belle gueule de lover italien lui ouvrant beaucoup de portes. Intriguant par nature et sans foi ni loi, il a fait les yeux doux au monde des agents, sans doute influencé par son grand ami Fabien Piveteau. Mais faute de travail à l’école il a été recalé : L’Italien Marco Simone, retiré du métier de joueur professionnel depuis avril dernier (il a rompu son dernier contrat avec l’OGC Nice), a manqué l’examen obligatoire pour entrer dans la grande famille des Agents de joueurs apprend-on en 2007. Un échec qui pourrait, pourquoi pas, l’inciter à effectuer une dernière pige avec un club… en attendant la prochaine session !

Du coup, il a choisi une voie plus facile : il est devenu l’heureux propriétaire d’un magasin de jeux vidéos à Varèse, appelé SuperMarcoWorld.

Depuis maintenant 2 ans, outre son activité de vendeur de jeux vidéos, Marco Simone fait admirer sa belle gueule et son accent italien sur les plateaux de Canal+ où il commente le championnat de France dans « les Spécialistes ». Il mène également une carrière d’agent de joueur.

En septembre 2011, après un début de saison raté en ligue 2, Marco Simone est nommé à la tête de l’équipe monégasque. Il démarre donc une carrière d’entraineur, qui pourrait s’arrêter nette, puisqu’en tant qu’agent, il n’a pas le droit d’exercer… ca sent le prête-nom à plein nez tout ça,d’autant plus que ce genre de pratique est dans les gènes du Rocher…


Roulion
Fiche mise en jour en 2013