Les Bleus gagnent mais restent mal aimés

Equipe-franceIl y a bien longtemps que les Bleus n’avaient plus marqué au moins 4 buts sur deux rencontres de suites (4-2 face à la Biélorussie le 10 septembre, 6-0 face à l’Australie le 11 octobre)… une première depuis octobre 2002 (face à la Slovénie et Malte).

Aussi, le dernier 6-0 que la France du foot a infligé à une autre équipe nationale était en 2007, face aux Iles Féroé. Enfin, cela faisait plus de 11 ans que les Bleus n’avaient plus marqué 4 buts lors d’une première période (face à l’Ecosse).

Des statistiques qui ensoleillent un peu le ciel morose des Bleus depuis sa dernière grande sortie, avec la fin de la génération Zidane, lors de la finale du Mondial 2006 perdue face à l’Italie.

Mais, depuis la fameuse grève du bus de 2010 à Knysna (Afrique du Sud), le désamour entre les supporters français à l’encontre de son équipe est fortement ancré. Si la qualification par le journal anglais du « The Times » de « pire équipe nationale de tous les temps » pouvait se comprendre en 2010, trois années ont passé et les rancœurs restent.

Un sondage BVA-Le Parisien, parut ce week-end, rappelle cette plaie béante de l’histoire du foot Français. Ainsi, selon ce sondage, réalisé auprès d’un panel de 1000 personnes, 82% des français ont une mauvaise opinion de la sélection bleue, 85% pensent que les joueurs ne sont pas sympathiques, 86% qu’ils sont trop payés, 84% qu’ils sont individualistes, 73% qu’ils sont grossiers et 67% qu’ils ne sont pas talentueux… des jugements pour le moins négatif sur une génération de footballeurs.

Mais ce mauvais crédit des footballeurs français puise certainement aussi ses origines dans le foot d’une manière générale. Car le business du foot passe de plus en plus mal en ces temps troublés, notamment avec des suspicions de malversation à la FIFA, d’agents véreux… La dernière « affaire » en date étant le transfert pour 91 millions d’euros de Gareth Bale de Tottenham au Real Madrid, ce dernier étant un club endetté dans un pays très touché par la crise économique.

Pourtant, selon l’agence de marketing sportif SportlabGroup, 63% des jeunes de 15-24 ans déclarent suivre ce sport, le foot étant plus populaire, et de loin, que le rugby ou les sports extrêmes.

Alors, ce sondage est-il le résultat d’un problème générationnel ou d’une dérive sportive. Peut-être un peu des deux. Mais, gageons que si les bleus se qualifient pour le mondial, l’élan populaire et médiatique retrouvera un nouveau souffle…

Et la première étape vers le mondial brésilien passe par une victoire face à la Finlande, que les Bleus affrontent en ce moment même au Stade de France.


1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Aucun vote)
Loading...

Partager cet article :