Vous êtes ici : Actu et info sur le football » Luis FERNANDEZ

Luis FERNANDEZ

Membre du carré magique, Luis Fernandez reste le petit bonhomme qui marqua le pénalty décisif face au Brésil à Guadalajara en 86. Formé au PSG, son club de coeur, il vendra son âme au Matra avant de terminer sa carrière à Cannes, qu’il va tout de même amener à la Coupe d’Europe.


Sommaire


La fiche de Luis

Fernandez, bleus

Poste : Milieu

Date de naissance : né le 2 octobre 1959 à Tarifa (Espagne)

Infos diverses :

  • 60 sélections en équipe de France, 6 buts marqués
  • 1ère sélection chez les Bleus le 10 novembre 1982 lors de Pays-Bas 1-2 France

Parcours en clubs :

En tant que joueur

1969 – 1970 AS Minguettes
1970 – 1978 Saint-Priest
 25x25xparis-st-germain_727.png.pagespeed.ic.M2ULO2TPDd 1978 – 1986 Paris Saint Germain
 racing_club_de_france 1986 – 1989 Matra Racing
 25x25xas_cannes_2010_5488 1989 – 1992 AS Cannes

En tant qu’entrâineur

 25x25xas_cannes_2010_5488 1993 à 1994 AS Cannes
 25x25xparis-st-germain_727.png.pagespeed.ic.M2ULO2TPDd 1994 à 1996 Paris Saint Germain
1996 à 2000 Athletic Bilbao
 25x25xparis-st-germain_727.png.pagespeed.ic.M2ULO2TPDd 2000 à 2003 Paris Saint Germain
2003 à 2004 Español de Barcelone

Palmarès de Fernandes

-En équipe de France

  • Vainqueur du Championnat d’Europe des Nations en 1984
  • Vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 1985
  • Demi-finaliste de la Coupe du Monde, 3ème lors du Mondial 1986

-En joueur de club

  • Champion de France en 1986 avec le Paris Saint Germain
  • Vainqueur de la Coupe de France en 1982 et en 1983 avec le Paris Saint Germain

-En entraîneur de club

  • Vainqueur de la Coupe de la Ligue avec le Paris Saint Germain en 1995
  • Vainqueur de la Coupe de France avec le Paris Saint Germain en 1995
  • Demi-finaliste de la Coupe des champions avec le Paris Saint Germain en 1995
  • Vainqueur de la Coupe des coupes avec le Paris Saint Germain en 1996

Biographie de Luis Fernandez

Fernandez4, bleusNé à Tarifa en Andalousie (Espagne), cet enfant du quartier des Minguettes est très vite touché par la passion du ballon rond. Luis Fernandez fera l’essentiel de sa carrière au PSG, le club de son coeur et de ses plus belles victoires. Après une saison de formation à l’AS Minguettes, aucun lien avec les bords de Marne, c’est à St-Priest qu’il fera ses gammes. Alors qu’on l’imagine signer dans le club phare de la région, l’OL, c’est à Paris qu’il débute sa carrière professionnelle en 1978.

Le PSG, le club de coeur du joueur

Il va rapidement s’imposer comme le ratisseur du milieu de terrain. Aboyeur infatigable et meneur d’hommes, il remporte ses premiers succès en 1982 et 1983 avec 2 Coupes de France consécutives. Sa progression épouse celle du PSG, elle est linéaire : il intègre l’Equipe de France dès 1982 et se fait une place au sein du « carré magique », aux côtés de Jean Tigana, Bernard Genghini et Michel Platini. Avec les Bleus, il triomphe à l’euro 1984 puis participe activement à la Coupe du Monde 1986, où il va rentrer dans la légende.

Un Champion d’Europe des Nations 1984 avec la bande à Platoche

Fernandez2, bleus

Chaussettes baissées, l’œil du tigre, ce milieu de terrain tricolore est un battant, il illumine le parc des Princes en cette finale de Championnat d’Europe des Nations. La victoire est là (2-0) face à son pays d’origine l’Espagne en ce mois de Juin 1984. Les Bleus deviennent champions d’Europe, le carré magique du milieu de terrain a frappé fort. Michel Platini avec la bagatelle de 9 buts dans le tournoi, un record encore en date, Alain Giresse grâce à ses contrôles du ballon millimétrés, Jean Tigana le poumon de l’équipe de France et Luis Fernandez le battant auteur de tacles déterminants et d’une omniprésence sur le terrain.

Ce milieu de terrain est très vif dans ses interventions, Luis a un style de jeu très appliqué et très dur. Ses tacles, ses passes, ses placements sur le terrain, ses gestes, ses coups de gueule, un homme fort qui montre la voix de la victoire à ses coéquipiers.

La joie des titres avec le Paris Saint Germain

Dès 19 ans il intègre donc le club de la capitale. Il remporte avec panache la Coupe de France en 1982 et en 1983 avec le Paris SG. Il devient Champion de France en 1986 avec le Paris SG au terme d’une saison réussie et de formidables matches au Parc des Princes.

Alors qu’il achève une saison 1985 – 86 sur la plus haute marche du podium de la D1 avec le PSG, il se présente en favori de la Coupe du monde 86 au Mexique.

La 3e place du Mondial 1986 au Mexique

Sauveur des tricolores face à la Russie en phase de poule, grâce à une magnifique égalisation, c’est lors du quart de finale contre le Brésil, à Guadalajara, que Luis restera dans les mémoires. Sous un soleil de plomb, les français et brésiliens se neutralisent 1-1 et la séance des tirs au but doit départager les deux équipes. la France prend l’avantage, à la faveur d’un Joël Bats en état de grâce. Luis Fernandez se présente donc pour le tir au but décisif, accompagné des tremolos de Thierry Rolland : « Vas-y Luis, allez mon petit bonhomme… » ; il marque et la France retrouve les Allemands en demi… Même équipe, même conclusion.

« Oui mon petit bonhomme » que scande au micro Thierry Roland en direct de Guadalajara. Luis Fernandez vient de réussir le dernier tir au but face au légendaire Brésil de Zico au terme d’un match d’anthologie. Les Bleus, venus à bout des Brésiliens (1-1), échouent ensuite en demi-finale face à la RFA (0-2). Fernandez aura réussi une très bonne Coupe du Monde avec l’équipe de France à Mexico en 1986 avec notamment un joli but égalisateur face à l’URSS (1-1) en match du premier tour. Mais les Bleus de Platini ne trouvent pas les ressources nécessaires pour aller au bout de cette très belle Coupe du Monde où l’Argentine de Maradona décroche le Trophée en finale face à la RFA (3-2).

Contre toute attente, Luis rejoint le club du Matra Racing

Fernandez1, bleusAu retour du Mondial, Fernandez prend une nouvelle fois son monde à contre-pied, rejoignant le Matra-Racing de Jean-luc Lagardère. Malgré la pléiade de stars : Enzo Francescoli, Pierre Littbarski, Thierry Tusseau, etc… le club enchaîne les saisons en quart de teinte pour finalement sombrer financièrement.

Il ne connaît guère le succès avec le Matra Racing qui bat de l’aile rapidement quelques années qui suivent sa création.

Son dernier club en tant que joueur : l’AS Cannes

Luis Fernandez rejoint alors l’AS Cannes, célèbre club formateur, coincé entre l’OGC Nice et l’OM. Après avoir raccroché les crampons, Luis devient aussitôt l’entraîneur de l’AS Cannes.

Luis Fernandez termine sa carrière à l’AS Cannes où il n’accroche pas les premières places de Division 1.

Luis Fernandez avait beaucoup de tempérament sur le terrain, il ne lâchait rien, un esprit combatif à toute épreuve et une vision du jeu qui lui permettait d’atteindre les sommets au Paris SG et en équipe de France.

Bien qu’en fin de carrière et dans un club de seconde zone, Fernandez restera en équipe de France pour l’Euro suédois. Malgré une campagne de qualification exceptionnelle 8 victoires, 0 nul, 0 défaites, le Bleus ne passent pas le 1er tour. 

Que devient Luis Fernandez ?

Dès ses premières armes en tant qu’entraîneur, Luis Fernandez réussira l’exploit d’emmener les Cannois en Coupe de l’UEFA, même si le parcours fut assez sommaire. Elu meilleur entraîneur lors de la saison 93/94, il rejoint le tout nouveau champion de France, son club de toujours, le PSG.

Entraîneur de son club de coeur

Fernandez3, bleusSon jeu offensif ainsi que ses qualités ont su séduire Canal +. A Paris, Luis se contentera de voir passer le train jaune lors de la saison 94-95 (0-3 au Parc…). Mais l’essentiel est ailleurs, puisque les Parisiens feront une belle épopée en C1, sortant notamment le Barca de Cruyff en quart de finale en 1995. Le Milan AC viendra toutefois à bout de champions de France en demi.

La Coupe de France 1995 sert de lot de consolation à une équipe qu’on sent partie pour dominer la France. La saison suivante, alors que ce sont les paysans d’Auxerre qui vont verser leur fumier sur les Champs, Luis Fernandez emmène le PSG jusqu’au sacre européen, en C2, face à l’ogre du Rapid de Vienne et son monstre Tryphon Ivanov en défense centrale. Bruno Nounours N’Gotty propulse un coup franc lointain au fond des filets de Konsel et, par la plus petite des marges, le PSG est sur le toit de l’Europe. Malgré un tel succès, Fernandez est plus ou moins débarqué pour d’obscures raisons. Et part en Espagne pour rebondir.

Un coach qui entre tout se suite dans le vif des titres

Dès 1993 Luis éprouve l’envie de transmettre son savoir et sa grande expérience dans le football puisqu’il entraîne l’AS Cannes durant deux saisons où il connut notamment un certain Zinedine Zidane à ses débuts.

Fernandez connaît un véritable triomphe en 1995 puisqu’il réalise avec le club de son cœur le Paris SG le doublé Coupe de France – Coupe de la Ligue. Il échoue en demi-finale de la C1 en 1995 face au grand Milan AC après avoir éliminé le FC Barcelone en quart de finale grâce aux talentueux Kombouaré, Raï, Ginola, Weah ou encore Guerin.

En 1996 il connaît la consécration en finale de la C2 (Coupe des Coupes) face au Rapid Vienne (1-0) et apporte le deuxième titre Européen d’un club Français après le succès de l’OM en 1993 en C1.

Un court passage en Espagne puis le retour de l’enfant prodigue

Il débarque à l’Athletic Bilbao, club basque qui ne recrute que des basques. Malgré un effectif limité il emmènera ses protégés jusqu’en Ligue des Champions, à la faveur d’une 2ème place en Liga. ce qui lui permit de revenir en grandes pompes au PSG en 2000.

Ses racines Espagnoles l’entraînent de 1996 à 2000 vers l’Athletic Bilbao où il multiplie les bons résultats en Liga et dans les Coupes Européennes.

Un temps pressenti pour rejoindre l’OM, il signe au PSG en décembre 2000, à la faveur du débarquement de Philippe Bergeroo. A la tête d’une belle équipe, avec notamment Anelka, Ronadinho, Luccin… il ne parviendra jamais à concrétiser les ambitions du clubs. En froid avec Anelka tout d’abord, il anime les gazettes dans le sit-com Nico & Luis. Puis c’est au tour de Ronaldinho, authentique génie, de tâter le banc de touche parisien, barré par .. Jérôme Leroy. Le retour de Mickael Madar ne lui sera d’aucun secours en 2003. C’est l’échec pour Luis Fernandez, que les victoires splendides contre l’OM n’atténueront pas.

Son retour au Paris SG en tant qu’entraîneur en 2000 ne sera pas une réussite malgré la présence d’Anelka puis de l’excellent Ronaldhino. Vahid Hallilhodzic prend sa place en 2003 au Paris SG, Luis Fernandez se voit l’opportunité de sauver l’Español de Barcelone en Liga Espagnole. Challenge qu’il réussit puisqu’il assure le maintien du Club en première division Espagnole.

Débute alors une période d’errance qui verra Luis Fernandez passer par l’Espanyol Barcelone pour une opération maintien réussie, avant de filer en Israël au Beitar Jérusalem. Depuis décembre 2006, il est à la tête du Betis Seville pour une nouvelle opération maintien. Malgré des débuts prometteurs, le club Sévillan peine en cette fin de championnat (aucune victoire depuis plus de 10 matchs) et Luis est démis de ses fonctions avant même le terme de la saison. Les Vert et Blancs n’ont qu’1 point d’avance sur le premier reléguable pour la dernière journée du championnat.

Fin décembre 2008, il prend la tête du Stade de Reims, pour une nouvelle mission de sauvetage. L’ex équipe de Didier Tholot est dernière à la trêve. Malgré une remontée fantastique, Luis n’a pu éviter le naufrage et Reims est descendu en National.

Luis Fernandez animateur

Par ailleurs, Luis Fernandez occupe également ses journées en animant une émission foot sur RMC : Luis Attaque… Ce lui a permis notamment de rester au contact du foot lors de ses longues périodes d’inactivité.

En l’année 2005, Luis est sans club, il anime une émission sur RMC « Luis attaque » avec Jean Resseguié où il analyse le football et donne la parole aux auditeurs. Un grand joueur que ce Luis Fernandez, vraisemblablement dans le Cœur des supporters Français.

Entre ses matches réussis en équipe de France, ses Coupes remportées avec le Paris SG, Luis a su séduire le public Français grâce à sa répartie, sa combativité et ses secrets de Polichinelle avec du sel versé dans les buts de l’OM avant les PSG-OM et les sucettes mordues depuis le banc de touche ou le haut des tribunes pendant ses suspensions. Luis Fernandez, un grand nom du football Français, faisant partie du carré magique de l’équipe de France des années 80…

Luis Fernandez devient entraîneur au Quatar en 2005 où il retrouve bon nombre de joueurs Français tels que Marcel Desailly ou encore Fiorèse qui a quitté le Qatar pour tenter une nouvelle aventure à Lorient en 2006/07… Quelques mois au Betar Jerusalem en Israël pour Fernandez tout en animant « Luis Attaque » sur RMC en 2005/06.

Fiche mise à jour en 2015 par fanafoot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*