L’Espagne déjà éliminée

Espagne éliminée Coupe du Monde 2014Après 2002 et 2010, le Champion du Monde en titre sort dès les phases de Groupe. Défaite lors du premier match contre les Pays-Bas (5-1), l’Espagne a vécu un autre cauchemar, mercredi 18 juin, face au Chili. Incapable de créer du jeu, les Espagnols se sont sèchement inclinés sur le score de 0 à 2 en faveur du Chili.

Le monde entier attendait la réaction du champion du monde 2010 après sa cuisante défaite face à l’autre finalistes de 2010, les Pays-Bas. Une revanche cinglante des hollandais pour une Espagne dominée 5 à 1. Surtout, la réaction des Espagnols devait avoir lieu face au Chili, dans une ambiance acquise à la cause des Chiliens, dans le stade du Maracana de Rio de Janeiro. Une équipe du Chili qui, à l’image du Brésil, a eu droit à un hymne repris « a capella » par le public du Maracana. Cependant, ce n’était pas le premier Espagne – Chili au Maracana, un antécédent ayant eu lieu lors de la Coupe du Monde 1950. Une rencontre soldée par une victoire Espagnole 2 à 0.

Le Chili corrige l’Espagne (2-0)

L’Espagne pouvait d’ailleurs se rassurer en se disant que jamais le Chili ne l’avait battu en 8 confrontations (2 nuls, 8 défaites). Mais, mercredi 18 juin, dans l’ambiance survoltée du Maracana, la fortune a complètement changé de camp et le Chili l’a emporté 2 à 0 face à une Espagne perdue. A tel point que, déjà menés 2-0 à la mi-temps, les Espagnols ont rendu les armes plus d’une demi-heure avant la fin du match.

Chili - Espagne : Coupe du Monde 2014Incapable de se trouver, toujours en recherche d’un style de jeu, l’Espagne a constamment subit la vivacité des Chiliens. L’amer retour sur terre, après 6 ans de domination sans partage, est brutal et cuisant. Car, la Roja, avec 7 buts encaissés pour une seule réalisation, peut dire adieu au trophée dès le 2e match de cette Coupe du Monde 2014. Le troisième match risque donc d’être un calvaire pour l’Espagne, une équipe qui a émerveillée le monde pendant 6 ans et dont la chute de son piédestal est abrupt et inattendu. Surprenant, même si le Champion du Monde en titre a une tendance à ne pas sortir des poules ces dernières années.

Les champions en titre déchus lors des phases de Poule

Il y a d’abord la France, championne du Monde et d’Europe (1998 et 2000) en titre, sortie dès le premier tour en 2002. Pire, durant ses 3 matches de Groupe, la France ne réussit pas à marquer un seul but. Pourtant, ses attaquants sont parmi les grands buteurs d’Europe avec David Trezeguet (Série A), Thierry Henry (Premier League) et Djibril Cissé (Ligue 1), chacun meilleurs buteurs de leur championnat.

En 2010, l’Italie arrive en Afrique du Sud gonflée par une campagne de qualifications réussie et surtout le titre de Champion du Monde 2006. Ambitieuse, l’Italie comptait passer le premier tour sans anicroche, d’autant qu’il n’était pas insurmontable avec le Paraguay, La Nouvelle-Zélande et la Slovaquie. Mais les Italiens doivent se rendre à l’évidence, après 2 nuls et 1 défaite, ils sont éliminés et rentrent chez eux sans participer aux 8e de finale.

Enfin, en 2014, l’Espagne sort dès la phase de Groupe malgré un rang de prétendant au titre.

Une élimination aussi prématurée de l’Espagne pendant les phases de groupe de la Coupe du Monde pose quand même des questions sachant que, s’il y avait des signes précurseurs, on était en droit d’attendre beaucoup plus d’une équipe avec autant de talent dans ses 23. La Roja avait d’ailleurs la liste de joueurs la plus chère de toutes les sélections. Le talent, l’expérience, la vie de groupe, la confiance, tous les ingrédients semblaient réunis pour une beau Mondial des Espagnols. Alors, quelle sont les causes de ce fiasco ? Nous avons émis plusieurs thèses.

Les thèses de cette élimination dès la phase de Groupe

Espagne tenante du titre de la CDMLa thèse des joueurs cuits mentalement et physiquement. Les joueurs de la Roja ont tout emporté ces dernières années. Ils étaient double champion d’Europe (2008 et 2012) et champion du Monde (2010) en titre. Les Espagnols ont également tout gagné en clubs. Au Barça, les stars de la Roja que sont Xavi, Iniesta, Piqué, Busquets, Pedro, Alba ont gagné la Ligue des Champions en 2009 et 2011. De son côté, le Real Madrid avec Casillas, Ramos et Xavi Alonso vient de remporter la Ligue des Champions 2014. Et, en finale, le Real a vaincu un Atlético Madrid comptant dans ses rangs Diego Costa, David Villa, Koke et Juanfran, tous parmi les 23 sélectionnées espagnols de ce Mondial. Rien que par ces noms, l’Espagne pouvait ambitionné le titre mondial, mais la lassitude mentale et physique de joueurs, jouant tout et gagnant presque tout depuis 6 ans, a pris le dessus. Et le fabuleux soufflé s’est dégonflé, voir même à exploser, lors de deux rencontres cauchemardesques pour l’Espagne. La dernière année lors de laquelle l’Espagne n’a pas glané de titre majeur est 2013 avec une Ligue des Champions Allemandes (Bayern Munich) et une Coupe des Confédération Brésilienne. Donc, avec des joueurs ayant en moyenne 59 sélections, sans être les plus vieux, l’Espagne pouvait vraiment espérer atteindre le dernier carré.

Sepp Blatter fifaLa thèse de la calomnie sans fondement selon laquelle, lors d’une réunion entre les hauts décideurs du foot pour décider des résultats de ce Mondial, Sepp Blatter aurait dit : « l’Espagne, il faut qu’elle soit rentrée chez elle pour le sacre de son roi. On laisse tranquille leurs grands clubs, ils ont tous gagné, c’est bon, Adios. (…) Puis, on commence à serrer les vannes des nouveaux clubs riches, on devrait donner à leurs pays une contre-partie marketing.(…) Il ne faut pas oublier l’Amérique du Sud qui a intérêt à carburer pour nous éviter une mauvaise révolution.(…) » Ce ragot est bien entendu purement fictif et n’a pas eu lieu. A la rigueur, cela pourrait être une scène du prochain film d’Eric Cantona, produit par Being Sport, sponsorisé par Nike, dont le nom serait « CR7 dit Ronaldo ». Le film dont on voit les Bandes Annonces en ce moment. Mais non, ces probables improbables inventions de l’esprit nourissent seulement la thèse de la calomnie sans fondement. D’ailleurs, comme dirait les Inconnus, « Cela ne nous regarde pas ».

Eurovision malediction Conchita : Espagne Coupe du Monde 2014La thèse de l’histoire qui se répète… Les années 1966 et 2014 présentent d’étrange similitudes. En 1966, le pays gagnant de l’Eurovision était l’Autriche. Et cette année rebelotte. Puis quand on voit et entend le chanteur, on se dit que l’histoir qui se répète, elle fait fort. Après ce saugrenu passage de l’Eurovision, qui a quand même valu le surnom de la « malédiction de Conchita » en Espagne, l’année 1966 a vu l’Atlético remporté la Liga, le Real soulever la Coupe des Champions, Arsenal gagne la Cup, le Béthis et Fulham sont relégués en D2. Que des choses qui se sont répétées cette année. 1966 a également été une année de Coupe du Monde, et l’Espagne n’avait pas passé les phases de poule. La « malédiction de Conchita » pour les uns, histoire qui se répète pour les autres. Pour info, le gagnant de la Coupe du Monde 1966 est l’Angleterre. Déjà les supporters de Liverpool ne croyaient pas en cette similitude des années 1966 et 2014 puisqu’en 1966, les Reds emportaient le championnat Anglais. Une chose que le Liverpool de cette année a manqué d’un cheveu avec une 2e place à 2 points du champion, Manchester City. L’Anglerre a également compromis les prévisions de la thèse en étant en grande difficulté en phase de Groupe.


1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Aucun vote)
Loading...

Partager cet article :